Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
07 Mar

Luang Prabang à Savannakhet

Publié par Alextine  - Catégories :  #Laos

Luang Prabang à Savannakhet

Luang Prabang  se situe au nord du Laos, au cœur d’une région montagneuse. La ville est bâtie sur une péninsule formée par le Mékong et la rivière Nam Khan. Les massifs montagneux (en particulier les monts PhouThao et PhouNang) entoure la ville de verdure.

Lundi 06 Mars : Je me suis baladée dans les rues de Luang Prabang avec les filles, nous avons visité quelques temples. La ville est vraiment jolie et propre. L'architecture traditionnelle et les structures urbaines ont été conçues par les autorités coloniales européennes aux XIXe et XXe siècles.

 

Mardi 7 Mars : Réveil à 6h du matin (sachant que je me suis couchée à 3h du matin à cause de cette vidéo que je n’arrive pas à publier).

Direction la cascade de Kuang Si à 1h de route en scooter. Je pars avec Charline, une des française que j’ai rencontré à Mae Salong. Nous arrivons au lever du soleil à la cascade.

20 000 kips pour entrer (2,30€) et nous sommes les première dans le parc. Nous avons donc la chance de pouvoir prendre des photos sans touristes et avec la lumière du matin ! C’était vraiment une super idée de partir si tôt. Jusqu’ici c’est une des plus belles choses que j’ai vu ! L’eau turquoise, le foret, la cascade. C’était vraiment beau et très calme.

Nous avons fait une marche de 3km en haut de la cascade, des millions de papillons autour de nous, de toutes les couleurs et toutes les tailles !!

Puis quand nous sommes redescendus, les touktouk à touristes étaient arrivés, c’était tout de suite moins agréable… Nous avons profité de l’eau 1h de temps avant de repartir vers le centre de Luang Prabang.

Nous avons fini la journée par manger au night market pour 15 000 kips (1,75€) avec notre gros bol comme la première soirée à Luang Prabang et une petite bière au bord du Mékong avant de retourner à l’auberge de jeunesse.

 

Mercredi 8 Mars : Départ à 9h30 en mini bus en direction de VangVieng.

VangVieng qui est à mi-chemin en Luang Prabang et Vientiane est très populaire pour les routards de l’Asie.

Les trajets en bus ici ne sont vraiment pas agréable, j’ai eu la nausée pendant un long moment… Nous avons roulé que dans la montagne avec beaucoup de virage et des routes plus ou moins fini (je vais laisser quelques photos sur ma page Facebook pour vous montrer à quoi ressemble les routes ici). J’ai l’impression de retourner 50 ans en arrière avec les routes à moitié en constructions et du coup, pour passer d’une ville à une autre parfois c’est assez compliqué voire impossible sans retourner en arrière dans une ville centrale.

Malgré tout j’arrive à VangVieng sans problème, je marche jusqu’au l’auberge de jeunesse que j’avais repéré sur maps.me (backpakers guest house). Je fais ensuite un tour dans la ville pour pouvoir me situé (c’est là que j’ai découvert l’aéroport invisible d’ailleurs qui est en photo sur ma page Facebook). Le soir j’ai mangé avec 3 anglais et j’ai fini la soirée avec Christopher (un français que j’avais rencontré à la frontière laotienne et qui était dans la même guest house que moi) et 3 argentins.

 

Jeudi 9 Mars : TUBING

Nous partons dans un touktouk pour prendre notre chambre à air de tracteur avec d’autres personnes de la guest house pour une journée tubing. Je me retrouve avec les 2 anglais avec qui j’avais mangé la veille et 3 français (Christopher, Mélanie et Louis).

Le principe du tubing ; descendre la rivière avec une bouée en 3h sans pause avec 10km de descente. On nous vend le tour comme ça, pour moi comme pour les 3 français avec moi.

Et les choses ne se sont pas passé comme prévu.

On pose nos fesses dans les bouées, et on commence à descendre … 200m : arrêt obligatoire dans le 1er bar. Etonné de déjà s’arrêter, mais on ne perd pas de temps pour se faire une partie de beer pong pour suivre les autres. 2h s’écoule avant qu’on ne reprenne le courant de la rivière. 500m plus loin le deuxième bar ! On mange un sandwich et rebelote pour une beer pong. Les gens du premier bar nous rejoignent petit à petit. Nous y restons environ 2-3h aussi avant de reprendre l’eau. Nous descendons pendant une dizaine de minutes avant de s’arreter au 3eme bar. Pas de beer pong pour nous, mais partie de basket shower !

Finalement, le tubing consiste à prendre une chambre à air, se mouiller les fesses et faire la fête. Je ne m’attendais pas du tout à ça en choisissant cette activité !! C’était vraiment intéressant de regarder l’évolution de l’alcool et drogue sur les gens. Premier bar c’était la « before », assez tranquille, plutôt apéro. Le deuxième c’était la boite de nuit où tout le monde se déchaine. Et le 3eme seul ceux qui ont survécu au deuxième bar était avec nous et c’était plutôt « l’after » avec l’alcool qui redescend et la réalité qui revient peu à peu.

En faisant quelques cherches sur VangVieng je suis tombée sur un article qui disait en grand titre : « j’ai survécu au tubing ». J’ai trouvé également des articles qui disent que Vang Vieng est la ville où il était très facile de trouver de la drogue et que l’alcool coulait à flots mais que maintenant, beaucoup de choses on été supprimé à cause des nombreux morts dans la rivière (lors du tubing entre autres). Mais pour moi, je pense que la drogue et l’alcool sont les éléments phare de cette ville encore aujourd'hui. Je n’imagine pas avant si maintenant ils disent que le gouvernement laotien à changer les choses.

Après le tubing, une bonne douche nous attendait pour enlever les litres de bière reçu tout la journée !!J’ai rejoint les 3 français et nous avons mangé sur des bambous sur l’eau avant d’aller faire un billard dans un bar très calme.

 

Vendredi 10 Mars : Départ de Vang Vieng pour Vientiane.

Réveil à 10h et départ à 13h30 en bus pour Vientiane. Je retrouve Christopher et les 3 argentins à la même guest house et nous passons donc la soirée ensemble au night market de Vientiane.

Pour une capitale c’est relativement calme et le marché n’étais pas si grand. Rien à voir avec New Delhi ou Bangkok !! Je pense que jusqu’ici c’est le night market de Luang Prabang qui était le mieux.

Nous avons joué à la pétanque avec des laotiens, c’était vraiment super et le plus surprenant c’est que nous sommes tombés sur un laotien qui vivait en France 6 mois de l’année !!

Samedi 11 Mars :

J’ai loué un scooter avec Christopher pour aller voir un parc à 30km et se balader un peu plus loin que le centre de Vientiane. C’était une petite journée mais il faisait vraiment très chaud, nous sommes rentrés à 17h et je me suis endormi jusque 19h.

Dimanche 12 Mars : Départ de Vientiane pour Savannakhet

J'ai hésité entre Thakhet et Savannakhet et finalement j'ai opté pour un stop à Savannakhet. Je regrette un peu, j'aurais dû m'arrêter à Thakhet pour la grotte qui n'est pas très loin. Ici a par faire le tour de la ville il n'y a pas grand chose à voir.

Savannakhet étant une destination intermédiaire afin d’éviter de faire trop d’heures de bus depuis Vientiane à Pakse.

J'ai donc pris le bus à 9h dimanche matin. Arrivée prévue à 19h à Savannakhet. J'ai choisis de prendre le bus local pour payer moins cher et c'est toujours intéressant à voir comment fonctionne les transports en communs ici !! 

Que fait-on au Laos lorsqu'il n'y a plus assez de siège pour tout le monde ?  On fait une distribution générale de petits tabourets en plastique que l’on installe dans le couloir du bus ! Le contrôleur de ticket n’a plus qu’à escalader les personnes d’une part et d’autre du bus !

Je passe donc la plus longue partie du trajet collé entre des laotiens de chaque côté avec 30 degré dans le bus. Etonnamment ça ne m'a pas plus dérangé que ça, j'ai mis mes écouteurs et j'ai dormi tout le trajet. Nous faisons une pause à Thakhet où nous déposons la moitié du bus. Nous repartons 30 minutes plus tard en direction de Savannakhet.

Puis à un moment donné je regarde où nous sommes depuis maps.me et je vois que nous sommes à 30km de Savannakhet mais que nous partons vers le sud sans sortir de la route principale pour aller vers Savannakhet. Je demande alors à quelqu’un où nous allons et ils me répondent « Pakse ». Alors je dis que j’ai payé un billet pour Savannakhet et le jeune laotien qui ne parle pas anglais comme tous les gens dans ce bus, me regarde et me fais comprendre que je vais devoir descendre du bus.

Je prends donc mes affaires et je descends du bus, il fait nuit et nous sommes sur la « départementale » ou plutôt la seule route pour descendre dans la Sud. Le jeune garçon porte mon sac à dos et m’emmène de l’autre côté de la route vers un autre bus qui s’était arrêté sur le bord de la route pour moi. Sur le coup je ne comprends pas de trop comment s’est possible. Je monte dans l’autre bus et retourne sur mes pas. Je comprends comme cette erreur est possible quand le bus me dépose au même endroit où nous avons fait un stop avec le premier bus. J’aurais dû descendre à ce stop mais comme personne ne dis rien, il faut deviner ici !!

Problème résolu, je suis au bon arrêt et on me balance dans un mini bus pour Savannakhet.

Je dois attendre 2h dans ce mini bus pour qu’il y est d’autres personnes et je rencontre une coréenne qui est à peu près dans la même situation que moi. Nous essayons de demander à quelle heure nous allons partir mais personne ne comprend un mot d’anglais ici. C’est vraiment énervant, je suis sur la route depuis 9h du matin et il est 21h je n’ai pas mangé de la journée et en plus on ne peut même pas savoir pourquoi on est là, pourquoi on attend.

Je garde patiente et ne dis rien jusqu’au moment où le conducteur nous demande de l’argent. 20 000 kips par personne alors que nous avons payé des billets pour Savannakhet et non il faut encore payer !! Je me suis un peu énervé contre le laotien qui ne comprenais pas un mot en anglais mais c’est vraiment énervant à force !! On paye un ticket mais au final j’aurais même pu aller à Pakse sans que personne ne se rende compte que j’avais pas le bon ticket. Jusqu’ici j’étais resté patiente et calme face à ce genre de situation mais cette fois ci c’était trop, ça m’a vraiment donné envie de quitter l’Asie et d’aller quelque part où on arrive à communiquer et où les choses ont un sens. Je reprends mon calme et nous payons 20 000 kips pour rejoindre Savannakhet à 23h…

Nous devons trouver une chambre avec la coréenne. Nous marchons dans les rues pour trouver la chambre la moins cher. Premier hôtel : 150 000 kips pour deux personnes. Trop cher nous marchons plus loin. Le problème est que nous sommes dans un quartiers complètement mort et qu’à part des centaines de chien qui nous aboient il n’y a rien ! Comme je suis fatigué, énervé et pas en sécurité avec tous ces chiens je propose à la coréenne de retourner au premier hôtel et de négocier le prix.

Nous avons la nuit pour 120 000 kips donc 60 000 kips (7€) ce que je paye en général pour une nuit dans une auberge donc je m’en sors bien !

Je ne pense pas que je vais rester plus d’une journée ici, je vais prendre un bus pour Pakse demain certainement.

 

Le Laos est un beau pays très riche en paysage avec ses montagnes, grottes et cascade. Les villes sont très calmes même la capitale Vientiane ne bouge pas beaucoup.

Pour moi jusqu’ici, mise à part la cascade de Kuang Si à Luang Prabang, je n’aurais pas forcément apprécié le Laos comme certains m’en ont parlé. Comme quoi chacun son expérience. Depuis mon arrivé au Laos je n’ai pas trouvé les gens très accueillant. Pas très souriant et aimable, enfin de mon expérience. Et avec ce problème de bus ça n’a pas aidé… J’ai encore deux escales au Laos : Pakse et les 4 000 îles. Ensuite direction le Cambodge !

Je suis un peu perdu au Laos, les gens roulent à droite (enfin normalement) et d'être passé dans deux pays où l'on conduit à gauche, j'ai trouvé bizarre de conduire à droite ! Comme quoi on s'habitue vite. 

Et pour la monnaie, je ne compare plus en euros mais ma monnaie de référence est la monnaie thaïlandaise. Je compare tout en baths et c'est comme ça que je me rends compte que le Laos est vraiment plus cher !! 

 

Hotel à Savannakhet : Avalon Residence 

 

Commenter cet article

À propos

« On ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va. »